Actualité

Outils

  • Annuaire
  • Contact
  • Plan du site

Publication : Restaurer au XIXe siècle (II)

Publication : Restaurer au XIXe siècle (II)

Restaurer au XIXe siècle (II)
Actes de la table ronde du 11 septembre 2013

sous la direction de Bruno Phalip et Jean-François Luneau

Presses universitaires Blaise-Pascal, Collection Histoires croisées, 2017, 86 pages, ISBN 978-2-84516-762-9, 7,50 euros (PDF)
commander l’ouvrage

La problématique de la restauration monumentale s’est enrichie en abordant les questions de destruction, de production et de diffusion des œuvres, une problématique mise en œuvre lors de la première table ronde consacrée au thème de la restauration au XIXe siècle, en 2010. Trois ans plus tard, au moment où se préparait l’édition d’un livre monographique sur la cathédrale de Clermont, des chercheurs médiévistes et contemporanéistes engagés dans ce projet se sont posés la question de l’exemplarité du chantier d’achèvement de cet édifice dans la seconde moitié du XIXe siècle, sous la direction de Viollet-le-Duc. Ils ont pour cela repris des dossiers parfois anciennement ouverts, mais aussi désourcé de nouveaux documents. Ils ont aussi scruté le bâtiment à la loupe, sans oublier de pratiquer le regard plus éloigné du comparatisme, observant d’autres chantiers, d’autres lieux et d’autres acteurs. En se focalisant sur les hommes qui ont fait le chantier, sur la pratique de leurs métiers, sur l’usage qu’ils font de leurs outils, sur leurs façons de collaborer entre eux ou de dialoguer avec leurs prédécesseurs ayant œuvré pour la cathédrale à un moment ou un autre de son histoire, ils proposent un nouveau regard sur l’édifice : avec l’unification stylistique du bâtiment, le Moyen Âge s’est achevé et la cathédrale est entrée de plain-pied dans l’ère industrielle. Cependant, et ce n’est pas le moindre des paradoxes, les acteurs à l’œuvre sur le chantier, se pensaient comme les continuateurs du Moyen Âge : il y a bien là une forme d’idéologie, laquelle, comme on le sait depuis Marx, masque souvent les nouveaux rapports de production, y compris en matière artistique.

- Table des matières

Jean-François Luneau, Bruno Phalip
Le chantier d’achèvement de la cathédrale de Clermont : un cas exemplaire ? [texte intégral]

Bruno Phalip
Dialogues entre tailleurs de pierre

Arnaud Timbert
Le chantier de la cathédrale de Clermont (1865-1890). Première approche

Stéphanie Diane Daussy
La toiture en plomb de la cathédrale de Clermont. Mise en oeuvre et transmission du geste

Amélie Duntze-Ouvry, Jean-François Luneau
Les artistes de Viollet-le-Duc

Nicolas Reveyron
Réflexions sur les restaurations des monuments lyonnais du Moyen Âge aux XVIIIe et XIXe siècles

Restaurer au XIXe siècle (I)
Actes de la table ronde de 2010

sous la direction de Bruno Phalip et Jean-François Luneau

Presses universitaires Blaise-Pascal, Collection Histoires croisées, 2012, 92 pages, ISBN 978-2-84516-528-1, 9 euros (PDF)
commander l’ouvrage

La restauration d’œuvres d’art et d’édifices produits à la période médiévale suppose évidemment de s’interroger à propos de leur authenticité. Mais l’authenticité même ne peut être prédéfinie comme une pureté originelle, altérée ensuite. Les processus de transmission, de conservation et de valorisation n’étant aucunement innocents, il a paru important de réunir des interventions propres à amorcer un dialogue avec des chercheurs privilégiant, au moins un temps, la « production artistique » à celle de la « création artistique » qui prévaut largement. Créer suppose l’hyper valorisation du fait individuel, la promotion permanente et l’auto célébration habituelle des élites. Produire revient donc à rééquilibrer, en traitant du collectif, sans oublier le fait individuel, en assurant une place à l’équipe, l’atelier, les qualifications et les intelligences partagées. Restaurer suppose aussi la conscience de la disparition d’un monde, de sa lente destruction ou défiguration. L’entretien seul n’est plus possible et la production d’œuvres restaurées doit être assumée. À ce titre, le 19e siècle est une période exemplaire durant laquelle on peut mesurer les conséquences de la Révolution et de l’avènement de l’industrie en matière de production artistique. Les corporations disparues, comment recruter et former des artisans, des ouvriers qualifiés, ceux-là même qui seront aptes à restaurer ?

- Table des matières

Bruno Phalip
Repères et nouvelles réflexions, Pierrefonds et le Hoh Koenigsburg [texte intégral]

David Morel
Notre-Dame du Port de Clermont et Saint-Nectaire au XIXe siècle
La restauration de deux grandes églises de Basse-Auvergne entre documents d’archives et archéologie

Marie-Laure Bertolino
La restauration des sculptures romanes au XIXe siècle en Auvergne : les chapiteaux figurés du rond-point du choeur de Saint-Austremoine d’Issoire

Stéphanie Daussy
L’élaboration des doctrines de restauration des sculptures à Amiens au XIXe siècle

Annie Regond
Restaurer les monuments de la Renaissance en Auvergne au XIXe siècle

Jean-François Luneau
Restaurer au XIXe siècle : le cas des vitraux de l’église Notre-Dame du Port

Arnaud Timbert
Université Charles de Gaulle, Lille 3, UMR 8529
L’étude du chantier de restauration. Le cas de la Bourgogne et de Viollet-le-Duc

Nicolas Reveyron
Université Lyon 2, UMR 5138, IUF
Le dandy marchand de fer et la vulgate de l’art moyenâgeux