Le Centre d’Histoire “Espaces & Cultures” (CHEC, Clermont-Ferrand), fondé en 1991, fort de 42 enseignants-chercheurs, d’une cinquantaine de doctorants, réunit archéologues, historiens, historiens (...) lire la suite

Le Centre d’Histoire “Espaces & Cultures” (CHEC, Clermont-Ferrand), fondé en 1991, fort de 42 enseignants-chercheurs, d’une cinquantaine de doctorants, réunit archéologues, historiens, historiens de l’art, spécialistes de civilisations étrangères et musicologues. Équipe renouvelée par dix-huit recrutements depuis 2005, elle compte 18 HDR et 4 membres actifs ou honoraires de l’IUF. Elle valorise l’interdisciplinarité, les collaborations nationales et internationales (notamment avec l’Italie, l’Espagne et l’Allemagne et plusieurs pays d’Europe centrale). Le CHEC a conduit ou conduit six projets de l’Agence nationale de la Recherche (ANR). Ses travaux portent principalement sur une histoire connectée des conflits politiques et des révolutions, une histoire sociale et culturelle du religieux, une histoire des créations artistiques, une archéologie et une histoire de l’anthropisation des espaces. Ils se déclinent pour le présent quinquennal autour des trois axes suivants : critique des pouvoirs, pouvoir de la critique ; processus des créations, usages et langages des arts ; archéologie et histoire des territoires : dynamiques et représentations. Cette archéologie des territoires nourrit d’importants travaux de fouilles sur les sites du Puy de Dôme et de Néris-les-Bains, en Limagne et dans le Cantal. Ils permettent de mettre au jour le maillage urbain, la hiérarchie des pouvoirs politiques et économiques, les réseaux routiers, les aménagements agricoles, miniers et hydrauliques de la Gaule romaine. Il en va de même pour l’Auvergne et le Bourbonnais médiévaux, notamment considérés à travers les routes et les gués, les mottes castrales, l’implantation des ordres militaires et hospitaliers, le monachisme. Les résultats des enquêtes abondent le SIG DYSPATER (cartographie au 1:25 000e), et de nombreuses expositions avec les musées de Clermont-Ferrand et de Lezoux, notamment sur l’archéologie des textiles et de la céramique. Le CHEC porte un intérêt particulier au patrimoine. La restauration des grands sanctuaires de Basse-Auvergne au XIXe siècle, les églises romanes auvergnates et bourbonnaises, la cathédrale de Clermont, le domaine de Randan, font l’objet de plusieurs travaux (fouilles, journées d’étude en lien avec des équipes du CNRS, contrats régionaux). Économie de l’art, choix et traités esthétiques, travail sur la vraisemblance, circulation des artistes et des artisans, techniques de la taille de pierre, des couvertures des toits, de l’écoulement des eaux, réemplois des fondations et des pierres des sanctuaires anciens, érosion du bâti, etc., sont quelques-unes des thématiques privilégiées, avec un fort souci comparatiste (avec les temples d’Angkor, le krak de Belvoir). Le CHEC répond aux sollicitations des collectivités territoriales, des associations culturelles, en appuyant scientifiquement des actions de mise en valeur patrimoniale par des expertises et des travaux de recherche en appui. Il a, par exemple, participé à la mise en valeur de l’œuvre musicale du compositeur Grénon (XVIIIe siècle), redécouverte dans la cathédrale du Puy-en-Velay, au comité scientifique constitué par le Conseil Général du Puy-de-Dôme pour soutenir la candidature de la Chaîne des Puys à l’inscription sur la liste du Patrimoine mondial de l’UNESCO, au travail sur l’histoire du syndicalisme auvergnat initié par la même instance (exposition, colloque, catalogue et actes). Le CHEC promeut un Atlas historique du massif Central, et travaille dans le domaine de la cartographie historique en association avec l’EHESS et les fonds patrimoniaux clermontois (http://www.bibliotheques-clermontco...). Il est à l’initiative de plusieurs bases de données en lien avec le Centre de Musique Baroque de Versailles (CMBV, CNRS) et l’Agence nationale de la Recherche, en partenariat avec plusieurs autres universités françaises : l’une sur les musiciens d’Église au XVIIIe siècle (MUSEFREM), l’autre sur les théâtres provinciaux (personnels, répertoires, scènes, spectateurs) sous la Révolution et l’Empire (THEREPSICORE). Leur élaboration a donné lieu à plusieurs rencontres scientifiques (au théâtre du Puy-en-Velay, au musée national du Costume de scène à Moulins, au musée de la Révolution française à Vizille, etc.). Le CHEC coordonne deux collections aux Presses universitaires Blaise-Pascal (« Histoires croisées », « Études sur le Massif Central ») et une revue, Siècles, disponible en ligne (http://siecles.revues.org).

lire la suite

Actualité

Tapisserie et arts textiles. Représentations des gestes et processus de création du XVIIIe au XXIe siècle

A la une

Tapisserie et arts textiles. Représentations des gestes et processus de création du XVIIIe au XXIe siècle

Cité internationale de la tapisserie et de l’art tissé d’Aubusson, jeudi 16 novembre 2017

Manifestations scientifiques

  Accéder au programme  

Publications du CHEC

  Accéder au catalogue  

Maison des Sciences de l'Homme
4, Rue Ledru
63057 Clermont-Ferrand cedex 1